Confrérie de saint Léonard

Premier Bayle : Jacques PLAINEMAISON

Dès le XVème siècle, on trouve mention de la « confrérie de la fête majeure de saint Léonard en novembre », dans plusieurs actes.
Le préambule des statuts de l’actuelle confrérie évoque ce lien : « trente gentilshommes se formèrent en association sous le nom de chevaliers de saint Léonard pour glorifier Dieu et honorer les reliques de son serviteur Léonard, en mémoire du miracle qui mit fin au mal des ardents ».
Malgré la destruction des archives de la confrérie à la fin du XIXème siècle, qui ne permet pas d’en suivre l’histoire, on sait qu’elle existait à la fin de l’Ancien Régime (1774), et au début du XIXème siècle après la Révolution. En 1890, à la requête du curé doyen de la paroisse et de plusieurs membres de la confrérie « dite » de saint Léonard, Monseigneur Renouard, évêque de Limoges, confirme les privilèges de l’institution primitive de l’association, et de nouveaux statuts sont déposés. Comme autrefois, la confrérie élit quatre dignitaires appelés bayles, chargés de régenter ses activités.
Depuis cette date, en dépit des turbulences du temps ou des hommes, la confrérie se dévoue à poursuivre sa mission et perpétuer une tradition multiséculaire : garder et vénérer les reliques de saint Léonard et développer son culte en France et dans le monde. La confrérie de Saint Léonard, qui s’est dotée de nouveaux statuts en 1996, est aujourd’hui une association déclarée régie par la loi de 1901.confrerie.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×